Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

La Sclerose en Plaques

Publié le : 15/10/2014 19:30:45
Catégories : Espace Santé

Qu'est-ce que la Sclérose en Plaques ?

On appelle sclérose en plaques une affection caractérisée par l’apparition dans les centres nerveux de petites plages cicatricielles disséminées au hasard. Cliniquement, cette maladie se traduit par des déficiences nerveuses en rapport avec la localisation des plaques, qui peuvent se trouver dans le cerveau, le cervelet, le bulbe ou la moelle épinière. Paralysies diverses, le plus souvent spastiques, tremblements lors de mouvements intentionnels, perte de l’équilibre avec démarche ébrieuse, atteinte du nerf optique avec baisse de la vue, nystagmus, sont les symptômes les plus fréquents de cette maladie.

Ce qui caractérise la sclérose en plaques, c’est son cours capricieux. Il en existe deux formes principales. La première procède par poussées qui se produisent à plus ou moins longs intervalles. Au début, elles sont espacées et, entre deux, les déficiences nerveuses peuvent s’effacer totalement quelques jours ou quelques semaines. Puis elles se rapprochent, les troubles nerveux ne disparaissent plus totalement d’un accès à l’autre. Les séquelles s’ajoutent les unes aux autres, l’état se détériore de plus en plus au cours des années. Dans la deuxième forme, des symptômes d’abord discrets apparaissent, qui vont en s’aggravant progressivement, inéluctablement semble-t-il. Non traitées correctement, les deux formes aboutissent plus ou moins rapidement à l’infirmité et à l’invalidité.

La durée de la vie, sauf exception, n’est que peu ou pas raccourcie. Tout comme le cancer et la polyarthrite chronique évolutive, la sclérose en plaques est une maladie dégénérative de civilisation. Sa fréquence augmente. Son origine est à rechercher au niveau de l’intestin, dont le contenu constitue une partie essentielle de notre environnement, avec lequel notre organisme est en contact particulièrement intime et qui, en cas de troubles digestifs, contient des substances et des micro-organismes nocifs pouvant migrer à l’intérieur du corps. Deux conséquences néfastes découlent de cette façon de se nourrir : Troubles digestifs chroniques qui se manifestent soit par de la constipation, soit par des diarrhées ou par l’alternance de ces deux désordres, accompagnés de formation anormale de gaz, et toujours par l’apparition d’une langue plus ou moins chargée, souvent couleur « serpillère », qui témoigne d’une flore intestinale anormale et agressive ; les selles deviennent putrides, nauséabondes, alors qu’une selle humaine normale n’a presque pas d’odeur. La muqueuse intestinale (dont la surface grossièrement déployée mesure, nous disent les physiologistes, 42 mètres carrés), n’est revêtue que d’une seule couche cellulaire. Celle-ci est si fragile qu’elle se renouvelle tous les deux jours. A partir d’une alimentation malsaine, l’organisme est incapable de construire une muqueuse intestinale normale. Mal construite, elle devient anormalement perméable. Dans des conditions normales, déjà, elle laisse passer microbes, virus et substances toxiques mais la nature pallie à ce phénomène en faisant passer le sang ainsi souillé par les capillaires du foie, appelés « système porte ». On connait le grand pouvoir filtrant et désintoxiquant de cet organe. La lymphe provenant de l’intestin passe par un système d’organes lymphatique jouant un rôle analogue. Une mauvaise alimentation entraîne inévitablement une surcharge et un affaiblissement de ces moyens de défenses.

Traitement Causal selon le Dr Koussmine

Le traitement vise à la suppression d’une part de la formation des substances nocives dans l’intestin, et, d’autre part, de leur pénétration dans l’organisme. Pour ce faire, il est nécessaire, d’abord de tarir le plus rapidement possible la source d’intoxication intestinale, puis de réparer l’intestin. Pendant 8 à 15 jours le patient fera un lavement évacuateur le soir (à la camomille) d’un litre et demi en principe et, dans l’intestin ainsi vidé, il introduira pour la nuit, à l’aide d’une poire à lavement de bébés, 60 ml (4 cuillère à soupe) d’huile de tournesol pressée à froid, préalablement tiédie. Cette huile, qui contient au moins 50% d’acides gras polyinsaturés, biologiquement actifs, est bactéricide. Elle est bien résorbée et permet une correction accélérée de la carence en vitamines F, si généralement répandue dans nos populations et qui, chez les malades, se traduit parfois par une sécheresse anormale de la peau. Cette dernière devient farineuse, squameuse, surtout aux membres inférieurs, parfois dure comme du cuir sur le dessus des pieds. Au début et pendant deux à trois jours, j’invite les malades à se nourrir uniquement de fruits crus et légumes et cela en quantité modeste. Le but poursuivi est de modifier le plus rapidement possible la flore bactérienne intestinale et de supprimer les phénomènes de putréfaction. Cela est acquis lorsque disparaît l’odeur putride des matières fécales. Ensuite, et pendant une durée de 2 à 3 mois, il convient de supprimer viandes, poissons et volailles, produits laitiers et gluten, car c’est à partir des résidus non digérés de ces aliments que sont engendrées les matières toxiques à éliminer. Plus tard, le malade saura les rationner suffisamment pour que les phénomènes de putréfaction, dangereux pour lui, ne se reproduisent pas à nouveau. Et si, on désire rétablir au plus vite une santé gravement compromise, il est tout d’abord indispensable de supprimer les poisons pour le système nerveux, tel que le tabac, l’alcool, les médicaments chimiques agressifs (calmants…) ainsi que toutes les drogues.

Médicaments réparateurs indispensable

Par voie buccale : RHUMATOFLOR  25 gouttes 3 fois par jour accompagné de 2 gélules 3 fois par jour de SUPER ADOLORIS

Chez les grands malades chroniques, la souffrance métabolique se traduit par une accumulation d’acides dans l’organisme. Leur excrétion par l’urine entraîne une acidification permanente de celle-ci et une déviation du pH urinaire à la valeur 5 et au-dessous ce qui est grave. L’excrétion urinaire des métabolites acides sera facilitée en prenant des citrates alcalins pH  à la dose de 3 gélules 3 fois par jour. Dès que le pH urinaire est réglé entre 7 et 7,5, les personnes atteintes de sclérose en plaques entre autres se sentent libérées de l’énorme fatigue dont elles souffrent constamment. La vitamine D 4000, 1 gélule par jour et le calcium d’Osteoflor, 4 gélules par jour. Mega-symbio, 1 cuillère à café 3 fois par jour, hors repas. Cette médication est à poursuivre au moins pendant deux ans. 

"Guérison"

La sclérose en plaques est une maladie chronique, progressive, invalidante. J’appelle « guérison » non seulement le retour au stade O, c’est-à-dire la disparition de tous les symptômes neurologiques, mais encore la stabilisation de la maladie et l’absence d’aggravation pendant des années d’observation. Il est évident que lorsque les lésions nerveuses, inflammatoires au début, ont été remplacées au cours des années par des cicatrices, il est trop tard pour espérer une reprise fonctionnelle normale. L’observation de mes malades m’a cependant apporté la preuve qu’une lente récupération des fonctions perdues reste longtemps possible chez certains d’entre eux et que, placé dans de bonnes conditions nutritionnelles, le système nerveux même gravement lésé peut encore régénérer. Dans les formes de maladies qui évoluent par poussées, celles-ci commencent par s’atténuer et s’espacer, puis elles disparaissent complètement, alors que c’est l’inverse qui se produit habituellement. Dans les formes de maladies progressives, l’aggravation est stoppée dès le 3e mois de traitement. Elle peut être remplacée par une lente récupération des fonctions perdues, qui parfois est remarquable.  

Causes de rechute

La rechute est prévisible. 

Elle est provoquée soit par :

  • L’abandon de nourriture saine
  • Le surmenage
  • Une maladie infectieuse, fébrile, intercurrente
  • Stress émotionnel majeur

Deuils, divorces, graves conflits familiaux ou professionnels peuvent déclencher une résurgence de la maladie. Toute rechute commence par des troubles digestifs. Quelques jours plus tard, la rechute est là.

Je reste à votre disposition pour tout conseil ou tout renseignement . Soignez vous bien afin de retrouver toute votre mobilité et votre dynamisme.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)