Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

L’Alchimie à l’Origine de la Médecine Moderne

Publié le : 02/12/2016 12:06:54
Catégories : Espace Santé

Alchimie Janine Benoit

L'Histoire de l'Alchimie

On associe souvent l’alchimie aux sorciers du Moyen-Age. On les imagine devant des cornues et des alambics fumants, remplis de choses plus ou moins répugnantes. Dans mes souvenirs de cinéma, j’associe l’alchimie au mari d’Angélique, marquise des anges, qui transformait le plomb en or, dans son comté de Toulouse, au grand déplaisir du roi Louis quatorze. Car l'un des objectifs de l'alchimie c’est le grand œuvre, autrement dit la réalisation de la pierre philosophale permettant la transformation des métaux.

Mais l’alchimie c’était aussi la recherche de la panacée, une médecine qui pourrait tout soigner, ainsi que l’allongement de la vie grâce à un élixir de longue vie, une sorte d’ELIXIR DE MILIANA.

Elixir de Miliana

La légende dit que le fameux alchimiste Nicolas Flamel avait découvert l'élixir de jeunesse et l'avait testé sur lui-même et son épouse Pernelle. Dans le film « Harry Potter à l'école des sorciers » des moments historiques de la vie de Nicolas Flamel sont évoqués, car les récits de ce type nous fascinent toujours.

L’alchimie, à visée médicale, est connue par son grand utilisateur : Paracelse (1493-1541). De nos jours, de nombreux laboratoires pharmaceutiques revendiquent les remèdes spagiriques de Paracelse, qui se disait : « Contre tous les partisans de Gallien et d'Hippocrate, qui n'ont jamais été bons qu'à faire des saignées et à distribuer des lavements ». En effet dans ce temps, la médecine ne sortait pas du cadre étroit de leurs théories diffusées au Moyen-Âge, par la médecine arabe. Et après avoir parcouru l’Europe entière, pour fouiller les mines de métaux et pour étudier la médecine universitaire, Paracelse avoua que la formation des médecins n'était pas concluante. Conclusion reprise par l’illustre Molière, bien plus tard.

Le jour de la St-Jean, rebelle, provocateur et sans crainte de représailles, il mit le feu à de nombreux livres de la grande œuvre du médecin arabe Avicenne en pleine place publique. C’était courageux et je doute que masse de médecins oseraient, de nos jours, se dresser contre les théories officielles, au risque de se faire purement et simplement radier de l’ordre des médecins, avec une interdiction d’exercer. Actuellement plusieurs l’ont déjà été…

Il commençât, pour soigner les malades, par utiliser des éléments toxiques comme le mercure contre la syphilis, l’or, le plomb ou l’antimoine et ce fut un désastre car au lieu de les sauver il les tuât !

Sans pour autant être inquiété le moins du monde. Remarquez que de nos jours cela n’a guère changé et on entend rarement évoquer des procès, pour faute professionnelle, en médecine sauf aux USA.

Suite à ces échecs, il inventa une nouvelle formule qui connut un fort succès universel, et qui a toujours cours aujourd’hui : « Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas poison ». Maxime qui me semble souvent oubliée, par exemple, en chimiothérapie.

La distillation connue de grands progrès au XIIIe siècle grâce aux alchimistes. Les méthodes d'extraction de plantes et l’obtention des huiles essentielles qu’ils utilisaient, tout comme les fameux sels d’argent, pour aseptiser les plaies. Usages toujours valables de nos jours.

Les huiles essentielles de la formule STOPOTIC étant la meilleure alternative aux traitements, entre autres, de la maladie de Lyme et de la Malaria.

STOPOTIC INTERNE

Avec l'avènement de la chimie moderne à la fin du XVIIIème, l'alchimie perdit tout son crédit scientifique. A cause principalement de son côté sulfureux…

Mais le retour actuel des traitements à base de plantes, sous toutes les formes, à une prise de conscience de l’importance de l’alimentation, au recours à une médecine holistique, devrait remettre l’homme au centre des préoccupations médicales qui sont « d’abord ne pas nuire ».

Il existe, de nos jours, des formations en spagirie à l’Ecole Esclarmonde de Genève.

Laissez-moi un commentaire ; je vous en remercie d’avance.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)