Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

Les méfaits des biocarburants

Publié le : 20/03/2013 18:28:58
Catégories : Découvertes

Les biocarburants

Message de la part de Fabrice Nicolino

Je suis journaliste (à Terre Sauvage et à La Croix), après avoir travaillé pour Politis, Géo, Le Canard Enchaîné, Télérama. Je suis le co-auteur, avec François Veillerette, du livre « Pesticides, révélations sur un scandale français » (Fayard, 2007).

L’expansion fulgurante des biocarburants est une tragédie planétaire. Elle conduit en premier lieu à la stérilisation de millions d’hectares de terres agricoles et à l’aggravation tragique de la faim. Pour faire rouler des bagnoles. Savez-vous que le quart du maïs américain sert déjà à fabriquer du carburant automobile ? Une telle révolution a des effets en chaîne sur toutes les céréales et plantes alimentaires, dont les cours explosent. Elle conduit également à la destruction de ce qui reste des forêts tropicales.

En Indonésie, le palmier à huile menace tout à la fois l’homme, l’orang-outan et l’éléphant d’Asie, ridiculisant tous les grands discours sur la biodiversité. (Je l’ai constaté moi-même en Afrique et dans les îles du Pacifique, JB). Au Brésil et en Amérique latine, on plante de la canne à sucre ou du soja partout. Pour remplir les réservoirs au détriment de la forêt, qui sont pourtant des écosystèmes uniques qu’il faudrait protéger.

Les biocarburants sont des armes de guerre (dans la politique) et de mort. Qui les soutient ? L’agriculture industrielle, les transnationales et tous ceux qui leur sont soumis, dont nombre de journalistes hélas et y compris certains écologistes fort mal inspirés. Car les biocarburants, malgré de rares études manipulées par le groupe de pression pétrolier ont un bilan écologique désastreux, qui aggravera l’effet de serre, quoi qu’en dise la propagande. Et en France, leur développement signe la fin de la jachère, refuge de la faune banale, des oiseaux et petits mammifères.
Au fait, savez-vous qu’une usine du Havre transformera depuis fin 2013 des résidus d’animaux en biocarburants ? Et qu’on tente de faire pousser, par génie génétique, des arbres mous, permettant d’extraire leur cellulose, la matière première des biocarburants ? Ce monde est fou, et sans la moindre morale.

Mes propres réflexions sur les biocarburants

Il semble qu'il n'y est pas de contre-pouvoir à cette folie... c'est très inquiétant.  Ci-après une réflexion qui s’applique à merveille aux informations qui nous sont révélées en ce moment sur l’alimentation : « Bientôt, quand on se mettra à table, au lieu de se souhaiter bon appétit, il faudra se souhaiter bonne chance » Pierre Rabhi, un sage et un écologiste de la première heure que j’ai eu la chance de rencontrer.
En ce qui concerne l’usine prévue au Havre voilà ce que l’on peut lire sur ce projet : « Les graisses animales et huiles usagées, actuellement brûlées dans des chaudières industrielles, seront collectées à la source auprès des équarrisseurs, bouchers ou restaurateurs, explique le directeur du pôle industriel d’Inter Marché. Elles seront transformées en huile sur des sites décentralisés, puis acheminées par camions-citernes jusqu'au Havre, pour y être converties en biodiesel. Celui-ci sera alors expédié par bateau vers des dépôts pétroliers, pour être incorporé, à hauteur de 7 %, comme le prévoit la réglementation, au gazole finalement vendu dans les enseignes du groupe (Intermarché, Netto et Roady). » Moi, si je joue le rôle de Candide, je me demande combien d’énergie sera nécessaire à ces ramassages, ces transformations et à ces transports ? Qu’en pensez-vous ?...

Prenez soin de vous…

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)