Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

Que savez-vous du cannabis ???

Publié le : 26/07/2013 11:57:57
Catégories : Espace Santé

Le Cannabis

Le chanvre est une plante utilisée par l’humanité depuis plus de 5000 ans, aussi bien pour ses propriétés alimentaires (huile, farine) que pour ses fibres (textiles). L’utilité thérapeutique du chanvre n’a été « redécouverte » qu’après près d’un siècle de prohibition et suite à des milliers de recherches scientifiques.

Le cannabis pour apaiser les souffrances. Dominique Loumachi est atteint de myopathie depuis l'âge de 9 ans. Pour soulager ses douleurs, les médecins ont essayé toutes sortes de médicaments qui dégradent ses reins et son Coeur. Cet homme a finalement trouvé refuge dans le cannabis. Une substance interdite mais qui le soulage. Pourtant Dominique Loumachi a été condamné, le 11 juillet, à 50 euros d'amende avec sursis, par le tribunal correctionnel de Belfort, pour des plants de cannabis retrouvés à son domicile. Je suis écoeuré. Je ne suis pas un toxicomane ni un revendeur, je suis condamné par la maladie et j'ai juste envie de vivre", a-t-il déclaré à l'issue de l'audience.

Ironie du sort, le Cannabis fait désormais partie des principes actifs autorisés dans les médicaments vendus en France. Depuis le mercredi 5 juin, un décret autorise l’utilisation de cette substance psycho active et de ses dérivés naturels dans les spécialités pharmaceutiques prescrites en France...

Cette décision est conforme à une directive européenne. Ce texte autorise en outre « les opérations de transport, d’importation, d’exportation, de détention, d’offre, de cession, d’acquisition ou d’emploi, relatif à ces spécialités » ! (Pas sûre que la douane soit informée de ce texte !) De plus, pour le moment, aucune AMM n’a encore été obtenue par un médicament à base de cannabis en France. En revanche « des médicaments à base de dérivés de synthèse de cannabis, ont reçu des autorisations temporaires d’utilisation (ATU) ces dix dernières années. »  Triomphe du chimique sur le naturel !! Dans l'histoire moderne, la molécule de THC a été isolée en 1964 en Israël. La médecine reconnaît depuis 1999 la prescription thérapeutique cannabis selon le champ le plus large des pathologies pour lesquelles il puisse être reconnu : fibromyalgie, de cancer, du VIH / sida, de sclérose en plaques, d’asthme et de glaucome, ainsi que les troubles post-traumatiques.

Les applications thérapeutiques connues sont répertoriées par l'Association Internationale pour le Cannabis Médical incluent :

  • nausées et vomissements,
  • anorexie et cachexie,
  • spasmes, troubles du mouvement, douleurs, épilepsie,
  • dépendance et état de manque,
  • symptômes psychiatriques, dépressions, maladies auto-immunes et inflammations.

Le parlement de la région de Catalogne est le premier en Espagne à avoir voté à l'unanimité en 2001 la légalisation du cannabis médical, il a été rapidement suivit des parlements d'Aragon et des Baléares. Le Code pénal espagnol interdit la vente de cannabis mais il n'en interdit pas la consommation. À partir de 2006, la vente de graine est légalisée.

La possession ou la consommation est toujours interdite dans les lieux publics mais autorisée dans les lieux privés. À ce jour, compte tenu de l'évolution des connaissances scientifiques dans le domaine des cannabinoïdes, l'usage médical du cannabis devient de plus en plus toléré, voire légal dans un nombre grandissant de pays ; le Canada, l'Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, l'Espagne, et 20 États américains. Cet usage nécessite en général, soit une ordonnance, soit une confirmation de diagnostic médical.

A quoi peut servir le Cannabis ?

Lorsque le cannabis est absorbé par voie orale, les effets se manifestent plus tard que lorsqu’il est fumé ou inhalé, au bout de trente à quatre-vingt-dix minutes, parfois même après deux heures. Les effets durent cependant plus longtemps, près de quatre à six heures, et plus longtemps encore si le dosage est très élevé. L’intensité des effets diminue ensuite progressivement.

Les produits naturels du cannabis peuvent êtres consommés, par exemple, sous forme de thé (infusion ou décoction avec ou sans matières grasses) ou des gâteaux. Il est également possible d’élaborer des teintures à base de cannabis, d’en manger mélangé à du yaourt ou de l’utiliser dans d’autres boissons chaudes, tel que le cacao ou le bouillon. Lorsque le cannabis est consommé comme thé ou dans des gâteaux, il est indispensable d’effectuer une phase exploratoire plus longue en augmentant les doses de manière progressive. Par exemple, il faut faire chauffer 0,5 g de cannabis dans un demi-litre d’eau. Lors d’un premier essai, il est conseillé de ne boire, par exemple, que 50 ml de cette boisson. Si aucun effet ne se produit après plusieurs heures, il est possible de boire de nouveau 100 ml de la préparation. La peur de mourir est une des caractéristiques possibles d’un surdosage de cannabis. Il peut être utile de se souvenir, à ce moment-là, qu’on ne peut pas mourir d’overdose au cannabis.

Charles Baudelaire, membre du Club des Hachichins fondé à Paris en 1843, n’a pas caché dans ses célèbres écrits sa préférence pour les grandes quantités : « …gros comme une noix…Vous pouvez avaler sans crainte ; on n’en meurt pas ». Baudelaire a en effet vécu des ivresses cannabiques qui duraient toute une journée, pendant lesquels des moments de bonheur absolu alternaient avec des phases de fortes peurs et d’anxiété. De nombreux effets d’interaction avec d’autres médicaments sont quelquefois volontairement recherchés.
Ainsi, des opiacés (morphine) peuvent aisément être utilisés en même temps que le cannabis, car leurs effets analgésiques sont complémentaires. De plus le cannabis empêche les nausées qui sont parfois provoquées par les opiacés.

Des médicaments qui relaxent les muscles, qui calment l’asthme ou qui réduisent la pression oculaire peuvent également être administrés en association avec le cannabis. L’huile de cannabis est un extrait concentré de cannabis. Les patients qui se soignent eux-mêmes par automédication la mentionnent souvent dans des cas de cancer. Sa préparation est assez simple et ne demande pas d’équipement particulier.

De tous les solvants testés, l’huile d’olive est le solvant de choix pour la préparation destinée à l’automédication. L’huile a besoin d’être chauffée à seulement 100° C, au bain-marie pendant une à deux heures. Cette méthode empêche de faire trop chauffer l’huile qui est ensuite filtrée et refroidie et, est alors, prête à être consommée.

Conclusions qui m’ont été apportées par des commentaires fort judicieux. “Que la justice s'attaque aux vrais problèmes au lieu de pourrir la vie aux citoyens... Ne pas légaliser c'est simplement acheter une pseudo paix sociale dans les banlieues... D'ailleurs on n'entend pas souvent (pour ne pas dire jamais) parler de démantèlement de gangs... même à Marseille”. “Légalisez l'herbe pour les personnes qui souffrent,  remplira les caisses de l'état au lieu de remplir les caves d'armes de guerre !” “ On ouvre des salles de shoot, et l'on condamne un fumeur d'herbe, cherchez l'erreur...” “Quoi qu’on dise sur le cannabis, je ne pense pas qu’il ait une action cérébrale plus nocive que certains timbres anti-douleurs dispensés dans les hôpitaux.”    

J’attends vos commentaires… Merci  

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)