Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

Rôle du PH tissulaire pour la santé…une notion méconnue mais vitale

Publié le : 14/05/2013 14:57:06
Catégories : Espace Santé

pH Tissulaire

Acidité tissulaire à ne pas confondre avec l’acidose métabolique

Il existe souvent une grande confusion dans les esprits lorsqu'on parle d'équilibre acido-basique. Cela vient du fait que l'on confond sang et tissus ! Il ne faut pas confondre l’« acidose chronique de faible niveau » et l’« acidose métabolique ». La première est causée par le stress, l'insuffisance de sommeil, une alimentation déséquilibrée, des charges émotives excessives, un métabolisme déséquilibré, la pollution, des médicaments, et le manque d’exercice.
L'acidose métabolique, par contre, est un trouble grave lié à une baisse du pH dans le sang à moins de 7,40. Elle est provoquée principalement par la difficulté, chez un individu, d’éliminer l’excès d’acides par les reins. Le diagnostic de l’acidose métabolique se fait par la mesure des gaz du sang.

Rôle de l’alimentation 

L’alimentation provoque dans l’organisme de grandes variations du PH vers l’acidité ou vers l’alcalinité. Un régime riche en viandes sera acidifiant car les acides aminés soufrés des protides fournissent de l’acide sulfurique.

De même un régime trop riche en yaourts crée un terrain acide en vidant l’intestin de ses réserves alcalines... La publicité constante des industries laitières, faite à la télévision pour inciter à la consommation excessive de yaourts, surtout ceux qui contiennent de l’acidophilus bifidus est une catastrophe. Les enfants, on le sait, ont besoin de leurs réserves alcalines pour protéger leurs dents et leur squelette.

Même chose pour les régimes trop riches en sucre, qui sont des aliments acides dont une partie sera transformée en acide lactique.

Le déséquilibre acido-basique dans l'apparition des maladies fonctionnelles et infectieuses

En raison des nouvelles habitudes alimentaires et des modes de vie actuels, l’équilibre acido-basique est rompu et va toujours vers l’acidification, inondant l’organisme en toxines diverses qui s’accumulent en provoquant de graves dommages.

Les substances exogènes prolifèrent (microbes, parasites, bactéries) et des toxines et déchets alimentaires résiduels ne sont pas éliminés (acide urique, urée, cholestérol, plaque d’athérome) et surchargent le terrain.

Les liquides organiques qui charrient ces déchets s’épaississent et circulent de plus en plus difficilement. La circulation sanguine et l’irrigation des tissus se ralentissent et les échanges cellulaires s’appauvrissent. Les substances nourricières et l’oxygène actif ont de la peine à être véhiculés jusqu’aux organes. Outre les troubles de santé qui en résultent s’ajoutent les lésions provoquées par l’agressivité des toxines acides qui irritent, enflamment et finissent par détruire les tissus. Le déséquilibre acido-basique organique entraîne chez l’être humain l’apparition de maladies ponctuelles, chroniques ou dégénératives. Les deux premières sont facilement réversibles (mycoses, aphtes, gastrites, colites, migraines, eczémas, cystites, sinusites), mais ce n’est pas le cas des maladies dégénératives.

Rien ne résiste aux toxines acides et à leur agressivité. Les tissus osseux, les articulations, les vertèbres, les cartilages, les muscles (le coeur par exemple) sont rongés, cariés, détruits.

L’organisme, en puisant sans cesse dans les réserves alcalines de l’organisme et de l’intestin, pour neutraliser les toxines acides, finit par déstabiliser la flore microbienne intestinale des germes saprophyte qui vivent en bonne intelligence avec l’organisme.  .

Leur rôle est d’assurer le maintien du système immunitaire. Une simple modification du pH intestinal (naturellement alcalin) vers l’acidité entraîne la prolifération de germes pathogènes avec l’apparition de: colibacilloses, cystites, pyélonéphrites, mycoses digestives, sinusites, angines, etc.

Comment savoir si on est en état d'acidité ?

L’acidose peut être aisément décelée par la mesure du pH urinaire, à l’aide d’un papier réactif. Il est indispensable de renouveler cette opération une fois par jour, le matin à jeun, pendant une à deux semaines. Si les valeurs trouvées sont toujours ou très souvent inférieures à 7, cela traduit à coup sûr une surcharge de l’organisme en déchets métaboliques acides

La correction de l'acidose tissulaire

Les variations du pH urinaire vers l’acidité entraînent des troubles pathologiques chronique qui nécessitent impérativement :

  • une réforme de l’alimentation,
  • la prise en charge du stress,
  • quant à la pollution, il est malheureusement difficile d’y échapper.
  • l’utilisation de citrates alcalins,

Il faut commencer par une prise matinale quotidienne 3 gélules de pH et 3 autres au coucher. On continue à contrôler régulièrement le pH tous les matins.

Il faut arriver à retrouver un Ph urinaire neutre de 7 et essayer de se stabiliser. Dans ce cas la santé sera au rendez vous.

Je reste à votre disposition et je vous souhaite une bonne santé.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)