Appelez-nous au : 0 489 610 133 - appel gratuit depuis une ligne fixe

Toute la vérité sur le lait et le calcium...

Publié le : 03/04/2015 09:00:10
Catégories : Espace Santé

Le lait et le calcium, quelle est la vérité ?

Craignez-vous de manquer de calcium au point de vous forcer à consommer des produits laitiers, des aliments enrichis ou même des suppléments? Avez-vous peur de l'ostéoporose? La paranoia, concernant le calcium, est créée en grande partie par l'industrie laitière. Qui ne sait pas que le calcium est bon pour les os et les dents? Les enfants l'apprennent très tôt à l'école. Mais qui sait que le magnésium est autant sinon plus important que le calcium pour les os et le système nerveux? Et qui connaît les aliments qui en contiennent?

C’est un exemple parmi tant d'autres du manque d'information voulu, en France, au sujet de nos besoins réels en minéraux et de leurs sources alimentaires. En fait, toute cette question est profitable qu’à un seul calcium celui du lait ! L'industrie très lucrative du lait y est pour beaucoup. Et, en plus, il faut se méfier des recommandations formulées par les autorités! L'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare qu'il suffit de 400 à 500 mg de calcium par jour, les recommandations, de 700 mg, d’il y a quelques années, préconisent maintenant 1 200 mg par jour! Les spots télés, les affiches, les émissions et événements sportifs, les publicités dans les magazines... Nous envahissent. Au départ le lait était réservé aux enfants.

Après la Deuxième Guerre mondiale, l'industrie laitière s'est mise à utiliser les glorieux G.I. de l'armée américaine pour sa publicité, synonyme de force et de santé à tout âge. (Avec en parallèle le Coca Cola et le chewing gomme) Pourtant, de plus en plus de gens s'aperçoivent que les produits laitiers ne leur conviennent. Une partie importante des humains de la planète n'a jamais bu une goutte de lait de vache et ne s'en porte pas plus mal... C’est vrai que nous trouvons dans le lait de vache, comme dans le lait maternel, du calcium, dosé suivant les besoins du veau ou du bébé. Non seulement les besoins ne sont pas les mêmes, En effet, les protéines spécifiques ne sont pas adaptées à notre espèce, mais au veau. Le calcium des légumes est deux fois mieux assimilé, dans une proportion de 50 à 70 %. Une tasse de brocoli cuit équivaut à un verre de lait. Le chou, les sardines, les maquereaux et le saumon rose frais ou en boîte avec les arêtes, le tofu, les légumineuses, les algues (hijiki, wakamé, etc.), la mélasse noire, les figues fraiches ou sèches, les navets et les betteraves, contiennent tous du calcium…

Tous les minéraux sont importants dans l'organisme et un apport trop élevé de l'un d'eux peut créer des problèmes. C'est dans le quinoa, les légumes verts, les noix et les légumineuses que l'on retrouve le plus de magnésium. Indispensable pour assurer la santé des os et des cartilages. Le foie de l’être humain a du mal à digérer et à saponifier les acides gras saturés du lait de vache. Le système biliaire se fatigue par une suractivité pour tenter de dissoudre un produit incompatible avec le système digestif. En plus le lait de vache a la propriété de fixer les toxines présentes dans le corps et celles qui viennent s’y ajouter par l’alimentation.. De plus, les graisses qui ne sont pas éliminées sont absorbées au niveau de l’intestin grêle, passant ainsi dans le sang, ce qui est particulièrement nocif. Le cerveau du bébé a une croissance plus rapide que celui du veau, il est donc important de lui fournir des graisses insaturées, de provenance maternelle ou bien végétale.

La fièvre de Malte et la brucellose sont des germes pathogènes dont les risques ont été minimisés avec la surveillance sanitaire et la vaccination des troupeaux. Mais la vaccination n'empêche pas le passage d'autres toxines et parasites, antibiotiques, hormones, herbicides et pesticides, présents dans le lait de vache. Sans oublier les farines de cadavres animaux dont on les a gavées avec les graves conséquences de la «maladie de la vache folle».

90% des Africains ne possèdent pas les enzymes pour digérer le lait de vache tout comme 70% des orientaux. Ils sont exposés à des dérèglements digestifs qui entrainent de gros problèmes de santé. Je considère pour ma part que la distribution des produits laitiers en Afrique est une catastrophe écologique qui aura de graves conséquences sur la santé des peuples. Les sous-produits (fromage, yaourt, beurre) sont tout aussi contre-indiqués dans tous ces pays. En plus, dans la fabrication de certains fromages, l’ajout de tous les additifs conservateurs (poly phosphate, nitrate), sont très dangereux pour la santé. Les phosphates ont une action inhibitrice sur la fixation du calcium, d’où le nombre croissant de personnes atteintes de spasmophilie, qui croient bien faire en consommant du fromage et des produits laitiers.

Les conséquences de la consommation de produits laitiers de vache

Elles commencent dès le plus jeune âge par des problèmes inflammatoires ORL : sinusite, amygdalite, conjonctivite, mastoïdite, méningite puis pleurites, laryngites, trachéites, bronchites, astme. A la puberté, on trouve l'acné juvénile, qui passera en prenant de l’âge (mais pas toujours), tout comme les diarrhées du bébé ont progressivement disparu, mais la situation restera inchangée. Les signes de carences se manifesteront par des déminéralisations (dentaire et osseuse), des troubles du poids, d’attention, de vision, nervosité. Adulte, l'inflammation se manifestera par des gastrites, colites, cystites, sigmoïdites, augmentées par absorption de toxines supplémentaires (médicaments) et fermeture des émonctoires (antibiotiques). On traitera les symptômes mais pas la cause. Toutes ces maladies chaudes inflammatoires, dites en "ites", se transformeront petit à petit en maladies froides, dites en "oses" (artérioscléroses, tuberculoses, canceroses). Les maladies silencieuses sont les plus dangereuses car elles progressent sans crier garde. La phase aiguë du début de la vie et sa force d'élimination (diarrhée, vomissement fièvre, acné, toux) va se transformer en maladies chronique et la pathologie accédera à un stade irréversible.

N’oubliez pas qu’à la base de la majorité des maladies se trouve le déséquilibre acido-basique et qu’il faudra impérativement y remédier par l’alimentation et pH.

Puisez vos informations de diverses sources, puis faites confiance à votre intuition et à votre bon sens, qui demeurent de très bon indice de la voie à suivre.          

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)